Bizarreries du banal

13 histoires étranges

Bizarreries du banal

13 histoires étranges

L’ordinaire tient à peu de choses. Il suffit d’un grain de sable, d’un corps étranger, d’un élément imprévu ou curieux pour que tout à coup l’harmonie se trouble. L’étrange se fraie alors un passage au coeur du quotidien, marquant un point de bascule ou un nouveau point d’équilibre. Le doute s’installe. Les repères s’estompent.

La chute est inévitable quand le bizarre prend toutes les apparences du banal. Primonouvelliste, Éric C. Plamondon signe ici 13 textes singuliers qui sauront ravir tout amateur de dénouement déroutant.

Télécharger la Fiche de lecture pour Bizarreries du banal d’Éric C Plamondon, lauréat du Prix des Horizons imaginaires 2023

Bizarreries du banal

13 histoires étranges

192 pages
Version papier
ISBN
978-2-924461-80-8
$ 26,95
€ 18,00
Version EPUB
ISBN
978-2-924461-81-5
$ 19,99
€ 13,00

La tête pleine d’histoires, Éric C. Plamondon a pesé le poids des mots dans le Cercle d’écriture de l’Université Laval pendant ses études en communications. Depuis, l’écriture a toujours constitué une part importante de sa vie professionnelle et personnelle. Bizarreries du banal est sa première œuvre de fiction. Lauréat du Prix des Horizons imaginaires

Revue de presse

  • Félicitations à Éric C. Plamondon, auteur de Bizarreries du banal, lauréat du Prix des Horizons imaginaires 2023.

  • Comment écrit-on des nouvelles? Au Cochaux show, Éric C. Plamondon, l’auteur de Bizarreries du banal, parle de ce « pivot étrange » qui le conduit à l’écriture de ses nouvelles. (20 min)

  • Bizarreries du banal. «Treize nouvelles où le doute s’installe, où le récit relève le défi de fustiger les attentes pour mieux en révéler le point de chute.» Eric Chouan à Mission encre noire

  • Bizarreries du banal. L’ordinaire tient à peu de choses. Il suffit d’un grain de sable, d’un corps étranger, d’un élément imprévu ou curieux pour que tout à coup l’harmonie se trouble. […] Dans ce premier recueil de nouvelles, Éric C. Plamondon navigue habilement sur les lézardes recouvrant le convenu, les choix anodins aux conséquences imprévisibles, ou encore les phénomènes inexplicables qui semblent se résorber au contact de la monotonie. Martine Lévesque, https://lesmilleetunlivreslm.over-blog.com/2022/09/bizarreries-du-banal-13-histoires-etranges-eric-d.plamondon-editions-semaphore-par-martine-levesque.html

     

  • Bizarreries du banal. L’originalité des histoires de Plamondon, c’est que chacune est construite comme un récit classique où une suite de péripéties capte et retient l’attention. Le lecteur tourne rapidement les pages, pressé de découvrir le paroxysme. Jean-François Crépeau, Le Canada français, 29 septembre 2022

  • Bizarreries du banal. « Les univers sont biens structurés, complexes; les chutes, plus que satisfaisantes. On ne les oublie pas, et c’est heureux, parce que dans une nouvelle, la fin est aussi importante que la totalité de ce qui la précède. » Danièle Simpson, Lettres québécoises, automne 2022.

  • Bizzarreries « L’un des avantages du format de la nouvelle, c’est qu’il permet d’entrer en peu de mots dans des univers aux antipodes l’un de l’autre. Éric C. Plamondon l’a bien compris. Son recueil, Bizarreries du banal, propose treize histoires qui plairont aux amateurs de revirements inattendus. » Mathieu Dessureault, ULaval nouvelles

  • Bizzarreries. «La singularité du recueil vient bien sûr du talent de l’auteur, qui excelle à créer des univers énigmatiques. Le vocabulaire juste et précis pour décrire tant les lieux que les actions n’y est pourtant pas étranger, ces descriptions autorisant le lecteur à imaginer lui-même la chute de certaines nouvelles. Éric C. Plamondon s’avère un écrivain prometteur engagé dans une voie peu fréquentée.» Pierrette Boivin, Nuit blanche,

  • Bizarreries du  banal. « Éric C. Plamondon fascine par les strates qui recouvrent ses récits et nous font plonger dans les méandres du possible et de l’imaginaire. Il nous entraîne derrière les apparences et met le réel en joue. Ça nous sort des intrigues un peu simplistes. C’est comme s’il secouait les limites de l’esprit pour aller dans un ailleurs. » Yvon Paré, 28 juillet 2022.

  • Bizarreries du banal. « Plamondon démontre en fait que ce qui le distingue comme nouvelliste, c’est son efficacité à identifier les paradoxes du quotidien et d’en jouer en seulement quelques pages. On se retrouve encore plus déroutés par ses étonnantes finales! » Josée Boileau, Le journal de Montréal, juillet 2022

  • Bizarreries du banal. « Économie de mots, intrigues, chutes assurées. […] Je suggère fortement à l’auteur de s’orienter vers le roman policier, car il sait tenir le lecteur en haleine et créer des ambiances plutôt terrifiantes, si on se met dans la peau de certaines ‘’proies’’. » Denis Morin, juillet 2022

  • Bizarreries du banal. « J’ai beaucoup apprécié Bizarreries du banal. J’ai été, dès la première histoire, happé par cette espèce de sens de la dérision, cette espèce de regard sur le monde. » Winston McQuade, Le culturel 2.0, juillet 2022.

  • Bizarreries du banal. Elles sont bien étranges ces histoires à dormir debout, elles émoustillent notre curiosité sans jamais nous perdre dans les dédales parfois inquiétants de petits minotaures modernes. Chaque récit nous emporte vers un univers confondant, à peine avons-nous le temps de souffler que, déjà, il faut se faire le spectateur attentionné de personnages soumis à la limite d’un équilibre précaire, s’exhibant sur la corde raide de situations insolites, risquant de trébucher dans le vide. Dominique Blondeau, 20 juin 2022.

  • Bizarreries du banal. Comme dénominateur commun à ces treize nouvelles, un moment dans la vie d’une personne qui peut tout faire basculer.[…] Nous faisons même le pari que Plamondon doit être atteint de lucidité chronique pour en connaître autant de la nature humaine. Daniel Rolland, Culturehebdo. mai 2022.

  • « On est dans la surprise et vraiment dans la bizarrerie. Le titre est bien choisi! » Mike C. Vienneau à Libraire de force à CIBL. L’animateur s’entretient longuement avec deux nouvellistes, Éric C. Plamondon et Louis Carmain, et discutent de la nouvelle comme porte d’entrée en littérature.