Les Éditions Sémaphore

Maison fondée en 2003.

Nous publions des œuvres à caractère social, politique et philosophique.

Une façon de dire autrement la vie, la littérature, la société, le désir et le droit de rêver au changement à travers des romans, des nouvelles ou des essais.

3962, avenue Henri-Julien
Montréal (Québec)
H2W 2K2 Canada

info@editionssemaphore.qc.ca


accueil_logos_gouv

Le graffiti du jour de Gilles Hénault

Être radical, c’est voir (outre le tronc et les branches) les racines.

Dernières nouvelles

  • *** Lecture de la rentrée universitaire ***
    « La nuit n’était pas aussi tranquille que nous, le bouillonnement de l’Université était perpétuel. Des étudiants traversaient le pont en titubant, déjà saouls — ou encore, selon le cas. » Renaud Cb, dans Vers Saint-Gétorix, un roman qui plaira à ceux qui font leur rentrée universitaire… et à ceux qui en ont la nostalgie 😉 🍻🍻
    https://www.editionssemaphore.qc.ca/catalogue/vers-saint-getorix/

    Vers Saint-Gétorix

    Un jeune Gaulois quitte son patelin et les corvées rurales pour poursuivre ses études universitaires dans une grande cité de l’Empire latin, où les résidus de la colonisation, la politique orgueill…

  • QUAND ON S’APPELLE QUOQUOCHI…
    « La formation de l’auteur, un historien spécialisé dans les cultures amérindiennes, lui permet de rendre compte d’une réalité troublante : celle de l’absence, du vide du père qui a fait partie des préoccupations de beaucoup de jeunes autochtones du Canada. »
    Revue Collections, vol. 6, no 2, Association nationale des éditeurs de livres – ANEL

    Pour lire un extrait substantiel de ce roman de Réal Brisson, c’est ici : https://www.editionssemaphore.qc.ca/catalogue/le-pere-en-memoire/

  • FRANCE MARTINEAU TOUCHE… ENCORE

    « Je n’ai pas senti la victime coléreuse, vindicative. J’ai senti l’enfant blessée, rejetée. Je me suis revue devant ma mère mourante, je me suis revue assise devant tous les documents et livres que mon père m’a laissés.
    « Je n’ai pas lu des mots crus, des mots parlés, des mots durs des jeunes auteur. e. s.
    Tout ce que j’aime : des phrases bien écrites, dans ce français que j’ai appris, qui glisse et caresse, des phrases qui touchent, qui frappent. »
    Claude Lamarche à propos de Ressacs, de France Martineau

    http://www.claude-lamarche.com/

  • 🔹L’avenir m’importe car c’est là que je continuerai de vivre.🔹
    — Gilles Hénault

    Parce que le monde a bien besoin de poésie et parce que les mots de Gilles Hénault (1920-1996) restent actuels, nous publions au quotidien, sur Twitter, « Graffiti du jour ». Suivez-nous là aussi, @edsemaphore #gilleshenault

Suite des nouvelles »

Revue de presse

6 août 2019

France Martineau, dans Ressacs, m’a complètement retourné. J’en suis sorti abasourdi, me demandant si je trouverais les mots pour cerner cette histoire incroyable … Un texte puissant qui se dépose doucement en vous, bouscule votre manière d’être, de penser et de respirer. À lire avec précaution. – Yvon Paré, Littérature du Québec

20 juillet 2019

Le syndrome de takotsubo – Une lecture surpenante … Une écriture complète … Mireille Gagné sait manier les mots et leur sonorité. – Billy Robinson, Le Cochaux Show (20 juillet, minute 50)

13 juillet 2019

Corsaire d’hiver – Mêler la vie d’Iberville, l’histoire de l’escrime et le tournage d’un film bien contemporain mené par l’alter ego de Pierre Falardeau, c’est original et enlevant ! … Jean-Marc Beausoleil raconte tout cela avec verve. Les dialogues sont vifs, les descriptions justes et les mises en contexte précises. Comme dans un duel de cinéma, ça virevolte de toutes les manières, mais jamais on ne perd l’ensemble de vue ! – Josée Boileau, Le Journal de Montréal

6 juillet 2019

Ce roman est magnifiquement écrit, cette affirmation mérite l’entrée en matière. Il est impossible de parler de Ressacs sans ramener Bonsoir la muette en avant-scène, ce premier roman qui m’a fait vivre tant de vives émotions. Une lecture marquante pour m’avoir fait comprendre comment un père peut s’activer sexuellement avec sa fillette, sans éveiller la révolte de l’enfant ni de l’entourage, ni même de la mère. Comprendre, non pas dans le sens d’absoudre, mais de clarifier. – Venise Landry, Les Radieuses Magazine

27 juin 2019

Corsaire d’hiver – Une lecture enrichissante que j’ai aimée et qui m’a fait découvrir une plume porteuse d’intelligence et de sensibilité. Une histoire avec des personnages sympathiques et brillants. Je vous conseille de découvrir un auteur qui honore l’histoire et la transmission de notre passé. – Martine Lévesque, LES MILLE ET UNE PAGES LM

Vers Saint-Gétorix de Renaud Corbeil : lecture incontournable de l’été. – René Cochaux, Éctouez l’Estrie, Ici Première

Suite de la revue de presse »