Une célébration de l’œuvre de Gilles Hénault

Galerie Gilles-Hénault


Les Éditions Sémaphore

Maison fondée en 2003.

Nous publions des œuvres à caractère social, politique et philosophique.

Une façon de dire autrement la vie, la littérature, la société, le désir et le droit de rêver au changement à travers des romans, des nouvelles ou des essais.

3962, avenue Henri-Julien
Montréal (Québec)
H2W 2K2 Canada

Distribution au Canada: Dimedia Tél: 514 336-3941 www.dimedia.com

info@editionssemaphore.qc.ca


accueil_logos_gouv

Le graffiti du jour de Gilles Hénault

«Se promener dans l’espace — dans notre espace — est un exercice qui fouette le sang. Se promener dans le temps — dans le temps littéraire de la langue — est un exercice qui fouette l’esprit.»

Dernières nouvelles

  • 💓Avec Virginie, « un peu de rouge à l’absence blafarde » Le 100e de Gilles Hénault a fourni à l’autrice Virginie Francoeur l’occasion de se plonger dans la poésie de Hénault, dont elle avait bien entendu parler par ses poètes de parents, Claudine Bertrand et Lucien Francoeur Complet. Voyez 💥 Virginie met de la lumière dans le vers si fort qui clôt ce poème. #GillesHénault100ans100regards #poésie 44 – Le spectacle continu, lu par Virginie Francoeur Le centenaire de Gilles Hénault a donné l’occasion à Virginie Francœur de plonger dans l’œuvre de Hénault dont elle avait si souvent entendu parler.
  • C’est avec tristesse que nous apprenons le décès de Stéphane Desrochers. Stéphane a été parmi les premiers auteurs à nous faire confiance, en nous offrant son étonnant roman philosophique Si peu de temps avant le jour. Nos offrons toute notre sympathie à Marie, à ses filles et à tous ceux qui l’aimaient.

    L’équipe de Sémaphore.

  • … Le monde du livre change beaucoup, la tâche de diffusion des éditeurs est de plus en plus difficile, la viabilité des petites librairies de quartier est constamment menacée malgré certaines initiatives très astucieuses et couronnées de succès, les médias traditionnels destinés au grand public laissent de moins en moins de place à la littérature, bref les passerelles de communication se perdent… et se recréent, grâce aux médias sociaux – Entrevue avec Lise Demers, éditrice des Éditions Sémaphore, Le Journal des Blogs Littéraires

  • Notre directrice littéraire Tania Viens présente de la rentrée littéraire 2019 des Éditions – Le Cochaux show, 7 septembre 2019

Suite des nouvelles »

Revue de presse

24 octobre 2020

Dans le 24 heures du19 octobre, Léa Papineau-Robichaud souligne la sortie de Monsieur le Président en ces termes: «Danielle Pouliot plonge son lecteur dans un feuilleton psychologique enlevant avec ce nouveau roman. Léa, une orpheline qui a grandi dans un contexte spécial, s’est trouvé un emploi chez Kaffa, une entreprise de cafetière. Pour elle, cet endroit et ses collègues c’est sa famille. Sa vie sera cependant chamboulée quand elle sera brutalement congédiée.»

19 octobre 2020

À l’émission Cette-année là 1992, Simon Boulerice présente l’anthologie de Gilles Hénault, Signaux pour les voyants, poèmes 1937-1993 et rappelle, entre autres, ce que Gaston Miron disait de ce poète, à savoir que Hénault avait été le premier à dessiner les grandes lignes de la poésie moderne au Québec. Image d’archives de Hénault et court extrait d’un poème complètent la chronique. À voir : https://cetteanneela.telequebec.tv/emissions/100581834/1992-daniel-belanger

 

13 octobre 2020

Lise Demers parle de Signaux pour les voyants, poèmes 1937-1993, à René Cochaux.

Monsieur le Président, un livre grand public sur la déconstruction d’une entreprise familiale et la douce vengeance, ce plat qui se mange froid. Écoutez ce qu’en raconte Tania Viens à René Cochaux.

19 septembre 2020

La déshumanisation de la société et l’idée de personnes âgées, fragiles et vulnérables délaissées par celle-ci : on pourrait croire que l’auteur résidant dans le quartier Verdun à Montréal a été inspiré par la récente pandémie pour écrire Asphyxies. L’histoire de ce premier roman se trouve pourtant en lui depuis près de 20 ans, alors que la découverte des univers d’Edgar Alan Poe, Philip K. Dick et Issac Asimov faisait naître son désir d’écrire. De la science-fiction surtout et des histoires noires aux touches de lumière comme il aime en lire. – Sarah-Émilie Nault, Le Journal de Montréal

15 septembre 2020

Partir de Christian Lemieux-Fournier est constitué de réflexions que n’auraient pas dédaignées un Montaigne, qui partait de petits faits de vie pour annoncer de grands messages … Avec une sobriété de mots qui ne veut pas faire dans l’épate, il décrit bien ce qui peut nous passer par la tête quand on voit sa génitrice s’apprêter à quitter ce monde, annoncé par l’électrocardiogramme qui se met en ligne horizontale. Une lucidité qui nous fait du rentre dedans. Exercice réussi cher auteur, nous vous accordons la note parfaite. – Culture Hebdo, septembre 2020.

Suite de la revue de presse »