Les Éditions Sémaphore

Maison fondée en 2003.

Nous publions des œuvres à caractère social, politique et philosophique.

Une façon de dire autrement la vie, la littérature, la société, le désir et le droit de rêver au changement à travers des romans, des nouvelles ou des essais.

3962, avenue Henri-Julien
Montréal (Québec)
H2W 2K2 Canada

info@editionssemaphore.qc.ca


accueil_logos_gouv

Le graffiti du jour de Gilles Hénault

Le printemps est  transparent cette année : on voit déjà l’été au travers.

Dernières nouvelles

Suite des nouvelles »

Revue de presse

13 décembre 2018

Le syndrome de takotsubo | Pour survivre, il faut vivre – Nous ne pouvons vous transmettre dans un seul article toute la beauté du livre Le syndrome de takotsubo, mais nous pouvons fortement vous suggérer de vous le procurer afin d’en tirer toute la splendeur des écrits de l’auteure Mireille Gagné. Découvrez les autres publications des Éditions Sémaphore. Élizabeth Bigras-Ouimet, Astuvu.ca

10 décembre 2018

Le syndrome takotsubo – J’ai aimé l’ensemble de l’oeuvre, même si je trouve que la dernière nouvelle, Happiness, est angoissante, un peu comme la série Netflix Black Mirror l’est. Mention spéciale à Le cri n’est pas une parole hermétique et à Parler en silence. Julie lit au lit

Le syndrome de takotsubo Mireille Gagné est une poétesse qui s’est intéressé au syndrome takotsubo, le « syndrome du cœur brisé » … Un recueil concis, direct et franc … Une plume poétique très assumée et mature. J’adore qu’une lecture nous accompagne après avoir fermé le livre. Une belle découverte littéraire que je vous conseille. Les mille et une pages de LM

5 novembre 2018

Le syndrome de Takotsubo – Inspirée par la découverte de ce mal méconnu, Mireille Gagné signe des textes efficaces aux tons et thèmes tentaculaires, suivant le rythme syncopé de coeurs remplis à ras bord, ou tout simplement vides. Les amateurs de la poésie de Mireille Gagné ne seront pas en reste : on retrouve dans ces nouvelles la finesse de la plume de cette auteure passée maître dans l’écriture de textes sensibles et concis. Les libraires

28 mai 2018

La porte entrouverte – « La plume de Jean Bello est avenante, ironique et grinçante. […] Sous un couvert hilarant, agrémenté de nombreuses trouvailles comparatives qui font sourire, Jean Bello dévoile au lecteur les mœurs d’un village italien lors de décennies prohibitives. [L’auteur] a commis un tour de force magistral en faisant deviser une jeune femme du siècle dernier sans la trahir d’une parole, d’un geste, d’un sourire qu’elle communique au lecteur. Un indice significatif laisse supposer qu’un troisième roman inspirerait l’écrivain. On en serait enchantée, ce récit nous ayant délicieusement accaparée autant que le premier. » Dominique Blondeau,  blogue Ma page littéraire

21 mai 2018

La porte entrouverte – « Sincèrement, c’est vrai, tu inventes bien tes histoires, tu décris bien les choses, comme je te disais la dernière fois : belle narration. »
Fulgence Bla, Kaléidoscope, Canal M

Suite de la revue de presse »