Profitez du prix réduit de lancement du nouveau recueil d’Agnès Whitfield jusqu’au 30 avril 2021

Vous pouvez acheter nos livres (exemplaires en versions papier, PDF ou EPUB) directement sur ce site, que vous soyez au Canada ou en Europe.

Livraison gratuite au Canada

Consultez notre catalogue

Les Éditions Sémaphore

Maison fondée en 2003. Nous publions des œuvres à caractère social, politique et philosophique. Une façon de dire autrement la vie, la littérature, la société, le désir et le droit de rêver au changement à travers des romans, des nouvelles ou des essais. 3962, avenue Henri-Julien Montréal (Québec) H2W 2K2 Canada Distribution au Canada: Dimedia Tél: 514 336-3941 www.dimedia.com info@editionssemaphore.qc.ca
accueil_logos_gouv

Le graffiti du jour de Gilles Hénault

Le temps ne coule plus du passé vers le présent, il dévale vers l’avenir.

Dernières nouvelles

  • 💓Avec Virginie, « un peu de rouge à l’absence blafarde » Le 100e de Gilles Hénault a fourni à l’autrice Virginie Francoeur l’occasion de se plonger dans la poésie de Hénault, dont elle avait bien entendu parler par ses poètes de parents, Claudine Bertrand et Lucien Francoeur Complet. Voyez 💥 Virginie met de la lumière dans le vers si fort qui clôt ce poème. #GillesHénault100ans100regards #poésie 44 – Le spectacle continu, lu par Virginie Francoeur Le centenaire de Gilles Hénault a donné l’occasion à Virginie Francœur de plonger dans l’œuvre de Hénault dont elle avait si souvent entendu parler.
  • C’est avec tristesse que nous apprenons le décès de Stéphane Desrochers. Stéphane a été parmi les premiers auteurs à nous faire confiance, en nous offrant son étonnant roman philosophique Si peu de temps avant le jour. Nos offrons toute notre sympathie à Marie, à ses filles et à tous ceux qui l’aimaient.

    L’équipe de Sémaphore.

  • … Le monde du livre change beaucoup, la tâche de diffusion des éditeurs est de plus en plus difficile, la viabilité des petites librairies de quartier est constamment menacée malgré certaines initiatives très astucieuses et couronnées de succès, les médias traditionnels destinés au grand public laissent de moins en moins de place à la littérature, bref les passerelles de communication se perdent… et se recréent, grâce aux médias sociaux – Entrevue avec Lise Demers, éditrice des Éditions Sémaphore, Le Journal des Blogs Littéraires

  • Notre directrice littéraire Tania Viens présente de la rentrée littéraire 2019 des Éditions – Le Cochaux show, 7 septembre 2019

Suite des nouvelles »

Revue de presse

21 juin 2022

Bizarreries du banal . Elles sont bien étranges ces histoires à dormir debout, elles émoustillent notre curiosité sans jamais nous perdre dans les dédales parfois inquiétants de petits minotaures modernes. Chaque récit nous emporte vers un univers confondant, à peine avons-nous le temps de souffler que, déjà, il faut se faire le spectateur attentionné de personnages soumis à la limite d’un équilibre précaire, s’exhibant sur la corde raide de situations insolites, risquant de trébucher dans le vide. Dominique Blondeau, 20 juin 2022.

15 juin 2022

Boire la mer les yeux ouverts. L’écrivain sculpte une formidable lettre d’amour à sa mère, Michelle, décédée en novembre 2017 des suites d’une sclérose en
plaques. Il raconte ce qu’implique de jongler avec l’absence, au sillon profond que le deuil creuse dans l’esprit de celles et ceux qui restent. Cloutier-Boucher nous fait avancer et reculer dans le temps au gré des souvenirs partagés, des étapes de cette vie marquée par la maladie, des peines et bonheurs cueillis, des objets et souvenirs d’une existence fragilisée. À plusieurs reprises, l’auteur interpelle sa mère, l’excuse, l’implore, la pleure, petits poèmes de la perte. «Tu es morte souvent», écrit-il, en parlant de toutes ces fins que la mère, que le fils ont dû apprivoiser au fil des ans. La mort, oui, mais la vie surtout, une mère figée à jamais dans la vie. Dominique Lemieux, Les libraires, no. 131, juin, juillet, août 2022, p. 37.

Boire la mer les yeux ouverts. « C’est de toute beauté, très bien écrit, très puissant. Il y a des moments où vous avez le cœur qui vous tord, il y a des moment où vous sentez tout l’amour pour sa mère, il y a des moments où c’est dur d’avoir une mère malade. » Anne-Josée Cameron, C’est encore mieux l’après-midi, Radio-Canada. Pour écouter l’entièreté de l’émission et les commentaires sur la beauté visuelle de l’ouvrage, cliquer ici.

Bizarreries du banal. Comme dénominateur commun à ces treize nouvelles, un moment dans la vie d’une personne qui peut tout faire basculer.[…] Nous faisons même le pari que Plamondon doit être atteint de lucidité chronique pour en connaître autant de la nature humaine. Daniel Rolland, Culturehebdo. mai 2022.

8 juin 2022

Boire la mer les yeux ouverts

Au-delà de la qualité littéraire, ce roman montre la force des liens maternels malgré l’adversité. Jean-Benoit Cloutier-Boucher offre une suite de tableaux dans lesquels il raconte les derniers instants de sa mère, atteinte de sclérose en plaques. Si le ton donne parfois l’impression de lire un journal (très) intime, le propos, lui, est universel, l’auteur abordant avec éloquence des thèmes comme la maladie, l’isolement, le deuil, la perte de l’innocence et la nostalgie. Mathieu Dessureault, Pour  un été tout en littérature. Ulaval

6 juin 2022

« On est dans la surprise et vraiment dans la bizarrerie. Le titre est bien choisi! » Mike C. Vienneau à Libraire de force à CIBL. L’animateur s’entretient longuement avec deux nouvellistes, Éric C. Plamondon et Louis Carmain, et discutent de la nouvelle comme porte d’entrée en littérature.

 

Suite de la revue de presse »