Trou blanc

Trou blanc

Puis il m’a lâché. Il faisait peur. Il me haïssait tellement. Je ne comprenais pas. Il avait accumulé tant de haine à mon égard. Incroyable! Cela débordait. J’aurais dit un mot, une insulte, et il me tuait sur place. Sans l’ombre d’un doute. Avec plaisir en plus. C’était écrit dans ses yeux. Qu’est-ce que je lui avais fait? Rien de particulier, j’en étais sûr. J’avais toujours essayé de l’ignorer, ce crétin.

Oublier, est-ce un mécanisme de survie ou une manière égoïste de choisir ses souvenirs? Oublier d’avoir tué quelqu’un, est-ce possible? Trou blanc raconte les tribulations d’un homme à la recherche de son passé, entre Val-d’Or et Montréal.

Trou blanc

98 pages
Version papier
ISBN
978-2-923107-19-6
$ 17,80
€ 12
Version PDF
ISBN
978-2-923107-64-6
$ 14,60
€ 10,25
Version EPUB
ISBN
978-2-923107-65-3
$ 14,60
€ 10,25

Christian Lemieux-Fournier a une maîtrise en études littéraires de l’UQÀM. Il a publié quatre romans destinés à la jeunesse avant de se lancer dans la littérature générale pour adultes.

Revue de presse

  • Christian Lemiex-Fournier, parmi les Auteurs dans la vallée du « Rendez-vous festival avec les lecteurs», à Saint-Sauveur. Quand? Les 19-20-21 juillet 2013, avec une lecture le vendredi 19 juillet, à 15h 54. Où? Au parc Georges-Filion. Une occasion de rencontrer un auteur fort sympathique au style plein d’humour avec des sujets  sérieux.

  • Meurtre possible
    Christian Lemieux-Founier est à un tournant de sa vie. Ce peintre se partage entre Montréal et Val d’Or. Il a perdu pas mal de choses en cours de route dont sa femme. Plus rien ne lui tient à cœur, même si une galeriste lui propose une exposition. Ce qui le hante c’est une histoire de son passé en 1970 qui s’est déroulé Val d’Or. Un meurtre ? L’histoire d’une jeune fille dont le corps a été balancée dans le lac. Et quelqu’un aussi qui lui en vaut à mort. Un excellent roman, hélas trop court. Culturehebdo, février 2011.

  • Le libraire craque!
    Un homme se sent totalement désemparé après que sa femme l’ait quitté. C’est alors que survient Major, apparu comme ça, au coin d’une rue. Mais qui est-ce? Il dit à l’homme qu’il sait, il sait tout ce qu’il a fait. Mais ce dernier ne se rappelle de rien. Ni de Major, ni de cette fameuse soirée à Val d’Or pendant laquelle il y eut apparemment un meurtre. Des trous, juste des trous. Peut-on oublier délibérément? C’est de cette façon que l’homme commence sa quête. Il essaie de remonter le chemin de sa mémoire. Mais ce chemin le mènera vers la haine… Un roman très intimiste et parfaitement bien écrit : l’auteur sait nous emmener là où il le veut au moment voulu. Caroline Larouche, Les Bouquinistes, in Le libraire, p. 17.

  • Un roman à suspense intimiste des plus efficaces. […] une intéressante réflexion sur la mémoire. […] un livre prenant et plein d’humanité qui trouvera un écho profond chez plus d’un lecteur. Nancy R. Lange, Traces, 14 octobre 2011, p. 4.