Asphyxies

Asphyxies

2093. Fraîchement sorti de prison, Patrice Lajoie s’installe chez sa sœur Régine avec une seule idée en tête : enfiler ses lunettes ludiques, traverser le portail quantique et trouver un réseau safe pour s’adonner aux jeux illégaux dans la BlackPlay. Pris sur le fait par Terminal 037, Patrice, Régine et son conjoint doivent suivre un programme de rachat sociétal du gouvernement et accueillir chez eux, pour un certain temps, une personne âgée défavorisée. Le défi est de taille, le fossé entre les générations, infranchissable.

C’est alors que Patrice fera son pari le plus risqué.

Dystopie tout aussi sombre qu’éclairée, Asphyxies dresse un portrait incisif d’une chute annoncée vers la déshumanisation.

Asphyxies

184 pages
Version papier
ISBN
978-2-924461-54-9
$ 23,95
€ 16,00
Version EPUB
ISBN
978-2-924461-65-5
$ 17,99
€ 12,00

Né à Québec, Sébastien-D. Bernier a étudié en création littéraire à l’Université du Québec à Montréal, puis à l’École supérieure de théâtre, et a obtenu une maîtrise en éducation à l’Université de Sherbrooke en 2015. Au début des années 2000, il a été actif dans le milieu théâtral montréalais en tant qu’auteur, acteur et metteur

Revue de presse

  • La déshumanisation de la société et l’idée de personnes âgées, fragiles et vulnérables délaissées par celle-ci : on pourrait croire que l’auteur résidant dans le quartier Verdun à Montréal a été inspiré par la récente pandémie pour écrire Asphyxies. L’histoire de ce premier roman se trouve pourtant en lui depuis près de 20 ans, alors que la découverte des univers d’Edgar Alan Poe, Philip K. Dick et Issac Asimov faisait naître son désir d’écrire. De la science-fiction surtout et des histoires noires aux touches de lumière comme il aime en lire. – Sarah-Émilie Nault, Le Journal de Montréal

  • Asphyxies. ÉTOUFFANTE FIN DE SIÈCLE
    «Que cela rappelle férocement le printemps 2020, tel que vécu dans les CHSLD québécois où les proches aidants des résidents ont été évacués séance tenante et remplacés par des inconnus sous prétexte de pandémie! Le roman de Sébastien-Dominic Bernier est pourtant dérivé d’une pièce de théâtre écrite il y a plus de 15 ans…»

    «Il y a malgré tout des brèches dans cette sombre dystopie. Elles viennent des femmes du récit qui perçoivent bien que quelque chose ne tourne par rond dans ce monde aseptisé. Leur résistance sera vaine, mais elle témoigne du plus important : l’esprit de liberté.» Josée Boileau, Journal de Montréal, 15 août 2020

  • «Ici, l’asphyxie est multiple et est partout. Dehors, au travail, dans sa maison, avec son entourage, dans son corps ou dans son esprit. Heureusement, dans cette sombre ambiance se dessine un peu de lumière.»
    «Asphyxies est un excellent roman sur la déshumanisation, l’effacement de soi et l’expression. Cruel, il sert entre autres de prise de conscience pour que nous puissions changer les choses avant que nous ne manquions d’air…» Émanuelle Pelletier-Guay, revue Solaris, été 2020

  • «Sébastien-Dominic Bernier s’est laissé aller dans un monde de sci-fi très très intéressant. Ça peut faire un peu peur au début de la lecture, mais c’est accessible même aux gens qui n’aiment pas la science-fiction, car l’histoire se déplace vers une quête philosophique. Il y a beaucoup de choses là-dedans.» Valérie Tremblay, Cocktail maison CIBL

  • «Le lecteur est ainsi emporté dans une réflexion essentielle dans notre société actuelle : comment devrait-on traiter les aînés? Dans Asphyxies, s’occuper des aînés est un châtiment, qui est rémunéré lorsque la peine est terminée. Paradoxalement, lorsque l’aîné fait partie de notre famille, nous ne pouvons ni être payés pour nous occuper de lui ni d’un autre; il faut alors y renoncer, ce qui donne lieu à une scène crève-coeur et brutale pour le lecteur dès le début du récit.

    «Difficile de ne pas sentir une pointe d’amertume en ces temps de confinement dû à la COVID-19, où la façon questionnable dont on s’occupe des aînés est mise de l’avant quotidiennement dans les médias. Stéphanie, l’aînée placée sous la tutelle de Patrice, Régine et Charles, est isolée lorsque l’agente 023 explique les soins à lui prodiguer ou encore annonce des nouvelles à propos de son fils. Elle écoute de la musique, crie, dérange les deux hommes retournés bien vite à leur besogne de paris criminels. Une déshumanisation annoncée des aînés : saurons-nous changer les choses avant de nous retrouver dans cette situation?

    «C’est finalement Régine qui découvrira son humanité à travers Stéphanie et agira en tant que protectrice pour l’empêcher de subir les assauts de Charles et de Patrice. Une conversation entre les deux générations, lors de laquelle Stéphanie expliquera l’évolution de notre société (elle est née en 1976…) vers ce futur sombre et terrifiant, ce qui aidera Régine à retrouver la liberté, dont elle avait oublié l’existence…»

    Valérie Tremblay, portail-blogue Allez, raconte, avril 2020

  • Asphyxies. «Un excellent roman de science-fiction qui se passe dans le futur, mais qui nous donne une image possible qui aurait pu prendre écho dans notre monde actuel.» Martine Lévesque, Les mille et un livres

  • Asphyxies. «Ce roman décoiffe, ébranle les certitudes. Il nous fait réfléchir aussi sur les aidants naturels ou non qui prennent soin des personnes âgées ou handicapées. À l’heure du politiquement correct et de l’emprise progressive de l’État, où la liberté d’expression peut être muselée, ce roman déconcertant et pertinent dépeint la société occidentale dans laquelle pourraient vivre demain les enfants de maintenant.» «À lire, si vous aimez la science-fiction, la philosophie et les enjeux sociaux.» Denis Morin, mars 2020

  • Sébastien-Dominic Bernier parle de son roman de science fiction Asphyxies publié par Les éditions Sémaphore au Cochaux show.