On les disait terroristes

Sous l'occupation du Liban-Sud

On les disait terroristes

Sous l'occupation du Liban-Sud

Avec ses 87 photographies, son introduction bien documentée et sa pièce de théâtre, Josée Lambert pose un regard percutant qui permet de mieux saisir les enjeux actuels de la situation au Moyen-Orient.

Josée Lambert trace ici un portrait saisissant sous l’occupation israélienne. Le rôle du centre de détention de Khiam est fortement décrit. Ce lieu symbolise le mépris des règles du droit international et humanitaire: aucune accusation n’a été portée contre les personnes détenues, aucun procès n’a eu lieu; aucune commission d’enquête n’a exposé l’horreur de Khiam où plus de 2 000 personnes, dont 500 femmes, ont été détenues.

On les disait terroristes

Sous l'occupation du Liban-Sud

190 pages
Version papier
ISBN
978-2-923107-01-1
$ 36,75
€ 26

Photographe et militante, Josée Lambert a été récipiendaire du prix Artiste pour la paix 1998. Outre ses voyages au Moyen-Orient, elle a été coordonnatrice des dossiers libanais à la section canadienne francophone d’Amnistie internationale de 1998 à 2001.En 2004, elle a été invitée à la Foire du livre de Beyrouth au Liban. En 2004, elle a été invitée à la Foire du livre de Beyrouth au Liban.

Revue de presse

  • http://voir.ca/livres/2004/04/21/josee-lambert-on-les-disait-terroristes-sous-loccupation-du-liban-sud/

  • Her books captures acts of r esistance not in terms of armed struggle – there is no lionizing of militiamen, no hero worship, no chest-puffing rhetoric. Rather, Lambert frames a quieter fight to maintain some semblance of human dignity. Her book is about people, every day ordinary people whose lives were caught up in events bigger and more complicated than themselves. Kaelen Wilson-Goldie, Daily Star, « Immortalizing South Lebanon’Anguish », Beirut, Lebanon

  • À travers l’objectif de sa caméra, c’est la misère de la guerre qu’elle regardait, mais aussi la résistance à la guerre, telle que vécue au quotidien. Caroline Montpetit, Le Devoir (entrevue avec l’auteur).

  • Un véritable hymne à la résistance d’un peuple. Jacques Bertrand, Macadam Tribus, Radio-Canada.

  • Un livre extraordinaire! Jean Fugère, Pourquoi pas dimanche? Radio-Canada.

  • Khiam, dont la réputation fait honte au Liban et à Israël, n’a pourtant pas livré tous ses secrets. On les disait terroristes sous l’occupation du Liban-Sud rend le silence encore plus assourdissant. Laurent Laplante, Nuit blanche.

  • Un livre fort original, des photographies particulièrement fortes… un livre remarquable… La pièce de théâtre, Diane et Jean,on la lit et on n’écoute plus les nouvelles de la même manière. Marie-France Bazzo, Indicatif présent, Radio-Canada.