Le récital des décadents

Couverture

Le récital des décadents

Nathaniel, un étudiant romantique, cherche un lieu où lire ses poèmes. Sa rencontre avec Bernard et Donatien, adeptes de la poésie charnelle, bouleversera sa vie. Plongeant dans un univers dément et sadomasochiste, à la recherche de la parole pure et de la source même de la création, Nathaniel délaissera peu à peu ses idéaux et découvrira qu’il porte en lui un rêve « d’élégante cruauté ».

Le récital des décadents traite de pulsions créatrices, de l’irrésistible attrait pour la nouveauté et l’outrance, seules manières de se distinguer dans un monde désabusé, et de la récupération de la folie comme expression artistique authentique. Ce roman pose un regard percutant et satirique sur la course vers l’inédit et décape la démesure de notre époque.

Le récital des décadents

182 pages
Version papier
ISBN
978-2-923107-81-3
$ 22
€ 15
Version PDF
ISBN
978-2-923107-82-0
$ 18,05
€ 12,65
Version EPUB
ISBN
978-2-923107-83-7
$ 18,05
€ 12,65

Né en 1984 à Sorel-Tracy, David Hébert a signé quelques nouvelles, critiques et articles dans les revues Asile, Virages et Brins d’éternité, où il est actuellement directeur de la section « articles ». Après une maîtrise en philosophie à l’Université de Montréal sur la pensée de Søren Kierkegaard, il poursuit un doctorat à l’UQAM sur Gilles Deleuze,

Revue de presse

  • Le récital des décadents de David Hébert s’avère un excellent premier roman, une histoire venant me chercher par les sentiments. On dirait qu’Ariane Gélinas et Natasha Beaulieu se sont accouplées pour former un hybride né avec le Marquis de Sade comme fée marraine. Une lecture à ne pas manquer pour les amateurs des trois auteurs cités. Frederic Raymond.

     

  • Le récital des décadents Quand Deleuze rencontre le marquis de Sade  Émilie Fontaine

    Sur la quatrième de couverture, nous pouvons lire :

    Nathaniel, un étudiant romantique, cherche un lieu où lire ses poèmes. Sa rencontre avec Bernard et Donatien, adeptes de la poésie charnelle, bouleversera sa vie. Plongeant dans un univers dément et sadomasochiste, à la recherche de la parole pure et de la source même de la création, Nathaniel délaissera peu à peu ses idéaux et découvrira qu’il porte en lui un rêve « d’élégante cruauté » ».

    Ce résumé est tout à fait juste et il ne contient aucune promesse non tenue. Le récital des décadents nous mène sans répit vers les nouvelles « expériences » de Nathaniel. Je vous rassure; je n’en ai pas été choquée. J’ai l’habitude. Il m’arrive de délaisser Aragon et son cher ami Éluard pour du Henry Miller, du Bukowski et j’ai même osé le marquis de Sade. J’avais donc des bonnes bases en la matière; j’étais prête. Et vous? L’êtes-vous?

    Ceci étant dit, Nathaniel, notre jeune personnage âgé de 19 ans, sera d’instinct fasciné et séduit par l’univers grotesque, sale et saturé de pulsions sexuelles décadentes, mais aussi joliment empreint de l’extrême liberté qui se dégage en une effervescence charnelle et concrète de ses deux nouveaux acolytes. Suite à Émilie Fontaine

     

  • Sadomasochisme intello et homosexuel

    On ne peut pas dire que ce sont les thèmes audacieux qui freinent les éditions Sémaphore. Nous voici en présence d’un roman qui explore les limites de la soumission humaine. Le récital des décadents de David Hébert met en scène au propre comme au figuré Nathaniel un jeune homme au tempérament romanesque, mis en présence de Bernard et Donatien qui prennent leur pied dans des manifestions poétiques sur les planches dans lesquels la récitation de poésie s’entremêle d’actes sadomasochistes. Ce qu’on retiendra de ce livre fort, c’est le descriptif du tréfonds de l’âme humaine dans le cas des adeptes de ces déviances sexuelles. C’est une réalité pour laquelle il ne faut pas se fermer les lieux. Vous adorerez ce bouquin qui est comme un regard anthropologique sur un monde clos avec ses règles. Daniel Rolland, août 2013.