Le corps à l’usure

Le corps à l’usure

« Le vieillissement prématuré par l’abus de substances dégénératives. Pas de louange à recevoir des anges ni réprimande d’aucun mortel. Vaseux, légèrement titubant, pâle et bouffi d’avoir si peu et mal dormi, question de remettre la machine en marche, me débouche une bière et l’engloutis sans férir dans ma cuisine en papier mâché qui tangue sous mes pieds. »

Tour à tour prose et poésie, Le corps à l’usure relate la dérive ou l’apocalypse due, entre autres, à l’alcool. Une écriture serrée, une perspective sociale dérangeante, sans compromis, d’un amoureux de la littérature signant sous pseudonyme.

Le corps à l’usure

55 pages
Version papier
ISBN
978-2-923107-04-2
$ 9,90
€ 7
Version PDF
ISBN
978-2-923107-34-9
$ 8,15
€ 5,55
Version EPUB
ISBN
978-2-923107-35-6
$ 8,15
€ 5,55

Aral Cyr est le pseudonyme d’un fou de la poésie, clochard à ses heures.

Revue de presse

  • […] on sent une sincérité et une authenticité qui ne trompent pas et qui méritent le détour. Stéphane Despatie, Entre les lignes.

  • Que ce soit par le biais de la poésie en vers ou en prose, il en a à nous dire ce Aral Cyr qui déballe ses vérités, à prendre ou à laisser. On dirait le fils spirituel de Bukowski. On rit énormément de cette belle lucidité chronique […] Dommage que ce soit une plaquette. On en lirait de même des pages et des pages. culturehebdo.com (mars 2007)

  • Récit implacable sur la dépendance et, surtout, sur la détresse humaine, Le corps à l’usure est un livre qui déchire. Intense, charnel, poétique et décalé, Le corps à l’usure ne laisse pas indifférent. Suzanne Giguère, Le Devoir.