Les Éditions Sémaphore

Maison fondée en 2003.

Nous publions des œuvres à caractère social, politique et philosophique.

Une façon de dire autrement la vie, la littérature, la société, le désir et le droit de rêver au changement à travers des romans, des nouvelles ou des essais.

3962, avenue Henri-Julien
Montréal (Québec)
H2W 2K2 Canada

Tél.: (514) 281-1594
info@editionssemaphore.qc.ca


accueil_logos_gouv

Le graffiti du jour de Gilles Hénault

S’il neigeait en été, il ferait moins chaud.

Dernières nouvelles

  • ★★★ En librairie le 23 janvier ★★★
    Sémaphore commence 2018 en grand avec « Ludo », un roman dense,
    sensible et ciselé sur l’égocentrisme, la cruauté et le remords, de Patrick Straehl :

    « Le jour de ses vingt ans, une jeune femme raconte les circonstances
    d’une terrible disparition. Il y a de ces événements qui vous laissent
    fin seul… »

    Ne ratez pas la chance de lire cette perle!

  • Les éditions Sémaphore updated their cover photo.

  • Le Salon du livre de Montréal commence demain ! Venez rencontrer les auteurs de Sémaphore au stand 533 !

    ÉTIENNE CARDIN-TRUDEAU – « Le vertige » (Eti C-t)
    >>> SAM. 18 de 14h à 15h
    >>> DIM. 19 de 13h à 14h

    MICHEL MARC FLEURY – « L’invasion tranquille »
    >>> VEN. 17 de 16h à 17h
    >>> DIM. 19 de 16h à 17h

    MICHAEL SPRINGATE – « L’engrenage des apparences »
    >>> VEN. 17 de 18h à 19h
    >>> SAM. 18 de 13h à 14h

  • Les romans de l’automne chez Sémaphore !

    ★ « L’engrenage des apparences » de Michael Springate
    ★ « Le vertige » de Étienne Cardin-Trudeau
    ★ « Libre-échange » de Éric de Belleval

Suite des nouvelles »

Revue de presse

20 février 2018

« La mondialisation, le multiculturalisme et les guerres de religion font un joyeux cocktail assez explosif. Voici un roman très explicite qui montre comment des êtres humains qui n’aspirent qu’au bonheur en couple peuvent être aspirés par l’agitation politique de ce siècle. […] L’engrenage des apparences comporte des passages dialogués sur la place de la religion, trop de place en fait qui mine la relation entre les êtres. […] C’est un roman très de notre temps qui a presque valeur de documentaire. » Culture Hebdo

30 janvier 2018

Ludo, Patrick Straehl
« Le mérite de l’écrivain est de prendre la peau de cette femme en émoi et de traduire sa détresse. Un bel exercice de style. » Culture hebdo

9 décembre 2017

Libre-Échange, Éric de Belleval
…C’est ainsi, à mesure que l’on avance dans le récit, que le ton ­détaché, ­distant – voire précieux – du livre trouve toute sa justification. Il nous amène à être de plus en plus ­hypnotisés par la joute cruelle qui se déroule sous nos yeux…  Josée Boileau  Le Journal de Montréal, Weekend

10 novembre 2017

Les Jérémiades, Simon Boulerice
S’il [Simon Boulerice] n‘est débarqué qu’en 2009 dans le paysage littéraire avec l’excellent (et trop souvent mis de côté Les Jérémiades), le touche-à-tout originaire de Montréal a totalement envahi la scène depuis, pour notre grand bonheur. Les Libraires

2 octobre 2017

C’est l’entrée en littérature d’Étienne Cardin-Trudeau avec Le vertige qui a choisi comme protagoniste un enseignant … On vit vite dans l’univers qu’il décrit, comme si la fin dernière était prévue pour demain. Culture Hebdo

1 octobre 2017

Le vertige : une œuvre qui carbure à l’émotion, dans une trajectoire qui n’est ni linéaire ni chronologique, ce qui n’entache en rien son accessibilité. Le libraire

Suite de la revue de presse »