Les Éditions Sémaphore

Maison fondée en 2003.

Nous publions des œuvres à caractère social, politique et philosophique.

Une façon de dire autrement la vie, la littérature, la société, le désir et le droit de rêver au changement à travers des romans, des nouvelles ou des essais.

3962, avenue Henri-Julien
Montréal (Québec)
H2W 2K2 Canada

Tél.: (514) 281-1594
info@editionssemaphore.qc.ca



accueil_logos_gouv

Dernières nouvelles

  • Commentaire de Nicholas Hauck sur un article concernant Donald Trump.

    «[…]  il s’agit d’une question de pouvoir et de représentation, et Benjamin a bien articulé la distinction entre, d’une part, le fascisme qui esthétise la politique et, d’autre part, les formes de vie qui politisent l’art. Le monde va s’enfoncer dans une nouvelle réalité cauchemardesque le 20 janvier. Benjamin ne peut plus nous sauver de ce spectre, mais ses idées peuvent nous aider à y naviguer, d’où sa pertinence pour tous ceux et celles qui croient, encore et toujours, au monde.»

    Pour le commentaire complet de Nicholas Hauck, cliquez ici.

    Pour l’article sur Donald Trump, cliquez ici.

     

  • Bonne et heureuse année 2017!

    Santé et plein de réalisations étonnantes,

    de petits et de grands bonheurs.

     

  • Les Éditions Sémaphore vous invitent au lancement de Regards sur l’art d’avant-garde de Gilles Hénault, au Musée d’art contemporain de Montréal, le 10 novembre prochain, de 5 à 7.

    Près de 50 ans de textes puisés dans les archives de l’auteur, qui  permettent de situer les artistes québécois dans les grands mouvements européens et américains. Ce livre est complété par des études de deux spécialistes en art contemporain: Rose-Marie Arbour et Claude Gosselin.

    Veuillez SVP confirmer votre présence à : info@editionssemaphore.qc.ca

  • Déjà la rentrée d’automne. L’équipe de Sémaphore n’a pas vu le temps passer. Et pourtant… Comme toujours, des livres audacieux qui traitent de sujets inédits qui nous changent de notre quotidien.

    Au printemps, Jean Bello a publié son magnifique Exil en la demeure, l’histoire d’un Québécois d’origine italienne sur les traces de l’exil de ces gens qui doivent quitter leur pays pour un avenir meilleur. Et là, aujourd’hui le 30 août, en libraire, Terminus de Nathalie Lagacé, un récit des hauts et des bas d’une chauffeuse d’autobus. Et plus tard en saison, d’autres surprises.

Suite des nouvelles »

Le graffiti du jour de Gilles Hénault

Toujours
(suite…)

Revue de presse

4 janvier 2017

Regards sur l’art d’avant-garde : « Un ouvrage essentiel portant sur l’art moderne. Avec des analyses de Rose-Marie Arbour et de Claude Gosselin. Un brique de 570 pages. Un must pour les collectionneurs, les amateurs et les professeurs d’art. » Francine Grimaldi, Samedi et rien d’autre, 24 décembre 2016.

Pour l’ensemble de ses commentaires, cliquez ici. C’est dans la trosième partie, à 14, 52 minutes.

7 décembre 2016

Sic transit gloria mundi, locution latine signifiant « Ainsi passe la gloire du monde », généralement employée lors de l’intronisation d’un nouveau pape afin de rappeler au futur souverain pontife qu’il va un jour, comme tout le monde, manger les pissenlits par la racine.

C’est également la phrase dont Jean Bello choisit de coiffer un des plus émouvants passages d’Exil en la demeure, son premier roman grand public, alors que son narrateur regrette avec une lumineuse sérénité la nature forcément éphémère « des amitiés […] des sentiments, des gestes, des envies, des coups de gueule » qui font de la vie cette grande aventure pleine de passion, de mélancolie et de douleur. Dominique Tardif, Le Devoir, 25 juin 2016.

«Le récit de Mattia est un hommage à l’entourage du narrateur, au courage de ceux qui ont émigré au Canada ou aux Etats-Unis et au courage de ceux qui sont restés en Italie. Mattia, quant à lui, se retrouve le cul entre deux chaises : pas assez italien pour se sentir à la maison en Italie et trop italien pour se sentir complètement étranger.», Julien Hivon, La recrue du mois.

4 novembre 2016

Pourquoi Le sort de Bonté III, est-il un livre marquant pour Fanny Mallette?

http://fr.chatelaine.com/videos/video-quel-livre-a-marque-fanny-mallette/

2 novembre 2016

« C’est à travers une écriture vraie, sans vernis, qu’elle dévoile les coulisses d’un métier « dans l’ombre des foules, là où on se sent seul », et dénonce le « chacun-pour-soi » qui gangrène selon elle la société. » Laila Maalouf, « Journal d’un métier », Choix de la semaine, La Presse, 23 octobre 2016.

« Il y a beaucoup de déplacements dans ce roman, mais autant de voyages au cœur de l’humain, dans sa beauté comme dans sa petitesse égoïste… »,  Chrystine Brouillette, Salut Bonjour, 10 septembre 2016. http://m.tva.canoe.ca/emissions/salutbonjour/chroniques/detail/pour-un-retour-en-douceur?no_redirect=1.

Suite de la revue de presse »