Retrouvez-nous sur Facebook

Téléchargez gratuitement les extraits de ces trois romans fabuleux parus cet automne aux Éditions Sémaphore !

❖ "LIBRE-ÉCHANGE" d'Éric de Belleval
↳ "Un roman des plus incisifs..."
Christian Vachon - Librairie Pantoute
↳ "Un roman qui se détache de la production littéraire de l'automne, [...] un roman à l'écriture dynamique, à l'humour autant dévastateur que les secousses infligées aux protagonistes..."
Blogue Dominique Blondeau

❖ "LE VERTIGE" d'Étienne Cardin-Trudeau ( Eti C-t )
↳ "Un livre sur la peur de vieillir, sur la mort, mais aussi sur l'appel de la révolte, du désir..."
Catherine Emmanuel Brunet - Les Herbes folles - CISM 89,3 FM

❖ "L'ENGRENAGE DES APPARENCES" de Michael Springate
↳ "une brillante mise en scène de l’inégalité inavouable entre les différents citoyens d’une société dite multiculturelle, entre les
différents citoyens du monde"
Tania Viens - Directrice littéraire - Les éditions Sémaphore

www.editionssemaphore.qc.ca/wp-content/uploads/2017/11/SEMAPHORE-extraits-2017.pdf
... Voir plusVoir moins

3 jours  ·  

Voir sur Facebook

Les romans de l'automne chez Sémaphore !

★ "L'engrenage des apparences" de Michael Springate
★ "Le vertige" de Étienne Cardin-Trudeau
★ "Libre-échange" de Éric de Belleval
... Voir plusVoir moins

4 jours  ·  

Voir sur Facebook

✦ ✦ ✦ "L'ENGRENAGE DES APPARENCES" ✦ ✦ ✦

En librairie aujourd'hui !

Un nouveau roman émouvant, réfléchi et polarisant de Michael Springate, traduit par Jocelyne Doray.

**** EXTRAIT****

Montréal, 2008.
Elena, une jeune Manitobaine, rencontre Mahfouz, un Canadien d’origine égyptienne. Mais ils n’auront pas le temps de profiter de leur amitié tendre : Mahfouz, parti au Caire pour aider son oncle, disparaît, sans laisser de trace; son père est emprisonné, sans explications. Séparés par un mauvais coup du destin et par l’arbitraire politique, Elena et Mahfouz seront confrontés à des événements qui fissureront leur vision du monde.
... Voir plusVoir moins

1 semaine  ·  

Voir sur Facebook

Les Éditions Sémaphore

Maison fondée en 2003.

Nous publions des œuvres à caractère social, politique et philosophique.

Une façon de dire autrement la vie, la littérature, la société, le désir et le droit de rêver au changement à travers des romans, des nouvelles ou des essais.

3962, avenue Henri-Julien
Montréal (Québec)
H2W 2K2 Canada

Tél.: (514) 281-1594
info@editionssemaphore.qc.ca


accueil_logos_gouv

Dernières nouvelles

  •  

    Téléchargez gratuitement les extraits des trois romans parus cet automne aux Éditions Sémaphore.

    Format pdf

     

  • Mieux vaut tard que jamais!
    Que de nouvelles, depuis le Salon de Bruxelles! D’abord, mentionnons que Nathalie Lagacé a fait un tabac en vendant 34 Terminus à Bruxelles.
    Ensuite, ce fut le Salon de Genève, à la fin avril. Jean Bello et France Martineau y étaient présents. Ces deux auteurs ont lu des extraits de leur livre lors d’une rencontre grand public aux Bains des Pâquis, le célèbre restaurant à fondue sur une estacade au lac Léman. Juste avant l’apéro!
    Et puis, Jean a rencontré une soixante d’étudiants à l’École de culture générale Henry-Dunant, et plusieurs ont lu des extraits de son livre et lui ont posé des questions. Quant à France, à la même école, elle a répondu aux questions elle aussi d’une soixantaine d’élèves répartis en deux groupes, dans la bibliothèque.
    Ça, c’était pour les activités hors le Salon. Dans le cadre du Salon de Genève, outre leurs séances de signature, Jean et France ont participé à une rencontre sur la scène du pavillon du Québec, avec Nicole Kranz et Davide Giglioli, deux auteurs de la Suisse romande. La rencontre, animée par Vincent Barbey, a été un franc succès.
    Au Québec, des recensions et des commentaires sur les dernières parutions (et les moins récentes) sont à souligner. Pour les lire, cliquez sur Gueusaille Lise Demers, Le sort de Bonté III d’Alain Poissant, sur Exil en la demeure de Jean Bello et sur Machine et machinations de Florence Morin.

  • C’est parti! Du 8 au 13 mars 2017,  Sémaphore sera au Salon de Bruxelles. Nathalie Lagacé, auteure de Terminus,  participera, le 9 mars, à une table ronde sur le féminisme. Et elle fera l’expérience de ses premières dédicaces à l’international.

     

     

  • Au plaisir de vous rencontrer au Salon du livre de l’Outaouais. Pour connaître l’horaire de signature de nos auteurs, cliquez ici.

Suite des nouvelles »

Le graffiti du jour de Gilles Hénault

Un esprit libre, cela ne veut rien dire. Parlez-moi d’un esprit contestataire et dites-moi ce qu’il conteste. Alors, peut-être, je pourrai savoir de quoi on parle.

Revue de presse

10 novembre 2017

S’il [Simon Boulerice] n‘est débarqué qu’en 2009 dans le paysage littéraire avec l’excellent (et trop souvent mis de côté Les Jérémiades), le touche-à-tout originaire de Montréal a totalement envahi la scène depuis, pour notre grand bonheur. Les Libraires

2 octobre 2017

C’est l’entrée en littérature d’Étienne Cardin-Trudeau avec Le vertige qui a choisi comme protagoniste un enseignant … On vit vite dans l’univers qu’il décrit, comme si la fin dernière était prévue pour demain. Culture Hebdo

1 octobre 2017

Le vertige : une œuvre qui carbure à l’émotion, dans une trajectoire qui n’est ni linéaire ni chronologique, ce qui n’entache en rien son accessibilité. Le libraire

27 septembre 2017

Des plus incisifs ce Libre-échange d’Éric de Belleval… Nous sommes en plein House of Cards : les personnages nous horripilent, mais pas question d’abandonner le récit sans savoir qui va être le grand gagnant de ce jeu de dupes. Christian Vachon, Librairie Pantoute

17 septembre 2017

Il[Éric de Belleval] nous donne à lire Libre-échange, titre opportun s’il en est un par les temps qui courent… C’est toute la dynamique du pouvoir qui est exposé, véritable
théâtre de cruauté. C’est rythmé en diable et ça ne vous donne pas nécessairement le goût d’être si ambitieux que ça. Le principe d’Icare vous connaissez ? Culture Hebdo

31 août 2017

Gueusaille est plus que le récit d’un drame psychosocial mettant en scène des écorchés. Ce roman est une analyse de ce qui a mené à la dérive de ces gens et de la façon dont chacun, chacune finit par s’en tirer… toujours cette bataille individuelle pour protéger une liberté chèrement acquise, par choix, par obligation ou par déraillement incontrôlable.
Lise Demers a eu raison de rééditer ce livre, il n’a rien perdu de ses qualités narratives et de son acuité sociale. Jean-François Crépeau, www.canafafrancais.com

Suite de la revue de presse »