11

L’apprentissage

Le mensonge organisé

Publié dans Le Jour, 23 septembre, 1939

Je ne me rappelle plus qui a dit que « l’éloquence est un mensonge ». Jamais, cependant, je n’ai si bien compris tout ce que cette formule pouvait avoir de vrai, de juste, que mardi après-midi, en écoutant crachoter Hitler.

Indépendamment des phrases, outre les faussetés énoncées explicitement dans son discours, j’ai surpris le mensonge de la voix, de l’expression, de l’émotion, des silences, des crescendos et de tout le pathos qu’un énergumène comme Adolphe peut mettre en branle pour manier les foules.

À certains moments, son auditoire a hurlé comme une meute. Et pas à cause des mots, veuillez m’en croire. Hitler n’a dit que des choses fort banales en somme; la traduction anglaise qui suivait, nous a renseignés là-dessus. Pourtant il a été très applaudi.

Tout en faisant la part de l’organisation, de la « claque », je crois pouvoir affirmer que le peuple de Dantzig a été soulevé bien plus par la mimique, les sanglots et les colères- d’un acteur macabre que par les promesses d’tin faux défenseur des opprimés.

« Si les Anglais veulent faire de la propagande, ils pourront venir prendre des leçons chez nous » s’est écrié Hitler. C’est là l’unique phrase sensée que le Führer ait prononcée durant tout son discours.

La propagande, voilà le château fort du nazisme.

C’est elle qui lui a donné le pouvoir, c’est elle qui le lui conserve. On a répété, crié, gueulé, vomi; on a ordonné, tambouriné, claironné sur tous les tons, dans tous les endroits et en toutes circonstances, ce commandement primordial et unique de voir blanc quand le Chef voit blanc et rouge quand le Chef voit rouge.

Aujourd’hui, le Chef voit rouge.

Et cette obéissance ne s’obtient pas à l’aide d’une logique pondérée, irréfutable. Non. Quand on présente une doctrine qui répugne au gros bon sens, ce moyen-là ne mène pas loin. La contrainte, une technique achevée de la surexcitation des masses, de bons gosiers qui crient tous et toujours dans le même sens; tels sont les procédés qu’on emploie en Hitlérie pour abrutir le troupeau humain.

Malgré tout, ironie suprême, on fera croire à l’Allemand qu’il est un homme supérieur, tout en lui affirmant qu’il n’a aucune espèce d’aptitude à juger quoi que ce soit.

Mais la mise en scène, le déploiement militaire, la cadence du « pas d’oie », les éclats de voix des orateurs et le camp de concentration ont le pouvoir magique d’harmoniser toutes les contradictions, de masquer tous les accrocs faits à la logique.

Propagande ! quelle réalité squelettique ne couvres-tu pas de ton ombre !

Gilles HÉNAULT

Logo-Edition-Semaphor-400
Suivez Les Éditions Sémaphore sur les réseaux sociaux
Show Buttons
Hide Buttons