06

L’adolescence

L’INVENTION DE LA ROUE
CHANT PREMIER

Que j’entonne à ta gloire, ô cercle, forme pure, 
Un chant qui soit l’écho du chant de la Nature.
Ta force virtuelle enfantera des lois,
Inondera la terre, et mon être et ma voix
Ne seront que délire au seuil embryonnaire
D’un mirage devant mon oeil visionnaire!
Pareils aux vents de mer pleins d’éclairs et de sel
Me poussent mes espoirs vers l’astre universel.
J’écoute en moi chanter le tourbillon des sphères! Pensée! astre nouvel et qui me régénère,
Voici que dédaignant ma vie, enfin, je tends
Au delà de mon être entier vers toi! j’entends
Ton prophétique chant: ô puissance, puissance!
Envahir ma cervelle et combler le silence.
Nulle étoile du nord au monde sidéral
Ne remarquera ma route, ô penser idéal
Que toi! je vais créer l’avenir chimérique A l’image de mon désir géométrique.
Verse-moi la science, ô rayon, comme une eau
Qui ravivant mon front, me tire du tombeau;
Que je me lève enfin pour dompter la nature
Et bâtir de mes mains cette Cité future
Où courbe, s’inscrirait la marque du compas.
Qui parle d’ignorance et parle de trépas ?

 

Logo-Edition-Semaphor-400
Suivez Les Éditions Sémaphore sur les réseaux sociaux
Show Buttons
Hide Buttons