Une nouvelle chasse l’autre

Une nouvelle chasse l’autre

Des personnages qui sortent des sentiers battus. Ils foncent dans la vie et se prennent en main, ou s’enfoncent et délirent.
Les mots, bouillonnant telle une rivière tumultueuse, se font entraîner vers la sortie par le courant irrésistible d’un imaginaire bien singulier.

Trente récits culottés, cuisinés avec autant de sensibilité que d’humour noir,
sans détours ni gants blancs, épicés d’une pointe d’ironie et d’un soupçon de sarcasme.

À consommer avec le sourire… ou bien l’estomac pincé.

Une nouvelle chasse l’autre

200 pages
Version papier
ISBN
978-2-923107-16-5
$ 22
€ 15
Version PDF
ISBN
978-2-923107-58-5
$ 18,05
€ 12,65
Version EPUB
ISBN
978-2-923107-59-2
$ 18,05
€ 12,65

Chemin faisant, Hélène Ferland est passée de sa ville natale, Québec, à l’Abitibi, puis de Montréal aux Pays-Bas et retour à Montréal. Bachelière en marketing de l’UQÀM, avide lectrice, elle a été notamment directrice de programme chez Québec Loisirs. Trois de ses nouvelles ont été publiées dans les revues Biscuit chinois et Le Passeur.

Revue de presse

  • Des personnages fébriles et tendus semblent incarner les convictions de l’auteure, sa vision subjective de la société. Les textes les plus réussis sont cependant ceux dont le sujet nous anène ailleurs. Ils sont développés autour d’une proposition plus modeste, mais, en revanche, ils sont plus resserrés et présentent une réelle originalité. Je pense, entre autres à […] Ginette Bernatchez, Québec français, printemps 2011.

  • Hélène est La recrue du mois de février 2011.

  • Nouvelles existentielles
    Si vous êtes du genre à vous laisser conseiller par un libraire pour trouver un livre intéressant, veillez à ce qu’il vous recommande Une nouvelle chasse l’autre de notre compatriote Hélène Ferland exilée aux Pays-Bas. C’est un recueil de nouvelles qui nous présente des êtres qui sont débarqués dans ce monde et qui nagent pour survivre. Nous avons pour exemple cette nouvelle que nous avons particulièrement appréciée, Reflet, ou la nouvelliste nous fait découvrir une femme au physique ingrat qui aurait aimée connaître la beauté. C’est touchant. Et c’est ainsi sur nombre de pages sublimes. Saluons les éditions Sémaphore qui font preuve d’une grande rigueur dans le choix des titres qui figureront au catalogue. En cela cette maison est au Québec ce que les éditions de Minuit sont pour la France. Culturehebdo (sept.2010).

  • «Trente nouvelles, les unes plus impertinentes que les autres.» Judy Quinn et Yvon Poulin, Nuit blanche, Numéro 121.

  • L’ironie et l’humour d’Hélène Ferland se revêtent de noir au détour des pages d’Une nouvelle chasse l’autre, un recueil qui, entre deux récits plus sombres, laisse poindre un soupçon de sarcasme bien senti. Car, même si la vie n’est pas toujours drôle, mieux vaut en rire… Le libraire.org (rubrique Lire un sourire aux lèvres, dans La rentrée sous les projecteurs » du 2010/11/05).

  • Trente nouvelles se chassent et se pourchassent […] extirpent de l’incognito des personnages qui font comprendre l’équation suivante: « J’exist[e], donc je dérang[e]. Et l’on peut déranger de maintes façons. Anne Peyrousse, Entre les lignes, (hiver 2011).

  • Hélène Ferland maîtrise le genre. Une trentaine de nouvelles sont donc réunies ici au moyen de deux fils conducteurs, à savoir un élément de la nouvelle précédente qui se retrouve dans celle en cours (un enfant, la mort, l’eau, la maladie par exemple) et des citations extraites de Carnets du méditant de Salah Stétié en tête de chaque nouvelle.
    […] toutes ont un petit quelque chose qui nous incite à penser que l’auteure risque de nous étonner encore, tant elle a d’histoires dans la tête (et j’ose espérer, dans ses tiroirs ou en cours d’écriture) et parce qu’elle sait ne pas les étirer à outrance, ce qui a l’heur de me plaire. Christine Champagne.