Gueusaille

Gueusaille

« Denise tergiversait. La vieille, trop directe, la heurtait, rognait le courage qu’elle avait mis à venir s’asseoir en haut de la montagne. Et ce mot, courage, résumait bien ces heures à tourner en rond dans le centre-ville, à se délester à chaque coin de rue de ses craintes morbides, à se convaincre de réagir, à s’imaginer — quelle folie! — que la vieille pouvait… était… cette présence qui la hisserait des ténèbres. »

 

Deux femmes d’horizons opposés trouveront dans la misère la source d’une camaraderie improbable. Vivant dans un univers impitoyable exacerbé par la crise du verglas de 1998, Olga, Denise et leurs compagnons d’infortune sont témoins et acteurs des injustices d’une société menée par l’appât du gain et des largesses de ceux qui en sont libres. Gueusaille retouche le discours entendu de la résilience des plus pauvres, lui ajoutant les couleurs de la force, de la dignité, de la solidarité et de l’indépendance.

Gueusaille

203 pages
Version papier
ISBN
9782924461389
$ 20,95
€ 18

Lise Demers est diplômée en histoire de l’art de l’UdM. Elle a travaillé pendant des années en communications et publié trois romans chez Lanctôt Éditeur avant de fonder Les Éditions Sémaphore en 2003.

Revue de presse

  • Gueusaille – « Je n’avais pas d’attente particulière en commençant cette lecture. Par contre, je dois admettre que je serais passée à côté de quelque chose si je ne l’avais pas lu. Ce roman, publié initialement en 1999, aborde les thèmes de la pauvreté, du chômage, du deuil, de l’isolement mais aussi de la critique sociale. C’est aussi un récit qui vient éveiller notre côté empathique, notre côté humain et qui nous fait réaliser que du jour au lendemain… ça pourrait être nous! » Miss Dupont, blogue Bookivores

  • Gueusaille est plus que le récit d’un drame psychosocial mettant en scène des écorchés. Ce roman est une analyse de ce qui a mené à la dérive de ces gens et de la façon dont chacun, chacune finit par s’en tirer… toujours cette bataille individuelle pour protéger une liberté chèrement acquise, par choix, par obligation ou par déraillement incontrôlable.
    Lise Demers a eu raison de rééditer ce livre, il n’a rien perdu de ses qualités narratives et de son acuité sociale. Jean-François Crépeau, www.canafafrancais.com

  • « La beauté de Gueusaille, c’est justement de faire voir que la misère a différents visages, dont celui de la solidarité. » Josée Boileau, Journal de Montréal

  • Rare roman social considérant les personnes en situation d’itinérance avec une réelle compassion, Gueusaille raconte une époque où le jeter-après-usage ne définit plus strictement que notre rapport aux objets, mais aussi notre rapport aux autres. Dominic Tardif, Le Devoir.